• 8, rue Brémontier 75017 Paris

Comparer les annonces

La situation géographique a-t-elle une incidence dans le calcul des performances énergétiques ?

Concernant les bâtiments neufs et rénové, des exigences en matière de consommation énergétique ont été imposées afin de réduire cette consommation d’énergie.

Rappelons que les règlementations thermiques BBC ou RT 2012 impose une consommation énergétique maximale de 50 kWhEP /m² /an. Les 50 kWhEP/ m²/ an représentent la consommation en chauffage, refroidissement, ventilation, production d’eau chaude sanitaire, éclairage, auxiliaires.

Or, le climat, les températures et l’altitude ont une incidence notoire sur la consommation et les dépenses en énergie (notamment en matière de chauffage).

Suite à ce constat, 8 zones climatiques ont été élaborées en fonction des températures hivernales et estivales du territoire concerné.
L’élaboration de ces zones a permis aux experts de définir un indice de rigueur climatique puis un coefficient de rigueur climatique. Ce dernier a pour objectif de retirer l’effet du climat lors du calcul des consommations énergétique  d’un bien.
C’est un indicateur climatologique et environnemental.

En fonction des spécificités territoriales, ce coefficient de rigueur sera appliqué lors de l’élaboration des exigences énergétiques maximales (base de 50 kWhEP/ m²/an pour la RT 2012). Il pondère les valeurs de référence par des coefficients entre 0.8 et 1.3. La zone H1a représente les températures les plus faibles, alors que la zone H3 indique la zone où les températures sont les plus fortes.

Concernant le coefficient d’altitude, il est de 0 pour les zones situées à une altitude inférieure à 400 m, de 0.1 pour les zones situées entre 400 et 800m d’altitude, et de 0.2 pour les zones situées à plus de 800m d’altitude.

Ainsi, le coefficient peut faire évoluer les valeurs de 40 jusqu’à 75 kWhEP /m²/an en fonction du climat et de l’altitude.

Pour chaque zone, la valeur de référence est multipliée par le coefficient de rigueur climatique : 50 x (a+b) (a : zone climatique, b : altitude du terrain d’assiette de la consommation).

Par exemple : Vous pouvez constater qu’à Compiègne ou à Lingolsheim, la consommation énergétique maximale pour remplir les normes BBC est de 65 kWhEP/ m²/ an (Calcul = 50 x (1.5+0) )  : voir la résidence « Les Villas du Pont Neuf » à Compiègne, la résidence « L’Avant-Scène » à Lingolsheim.

 

La valeur du coefficient « a » est donnée dans le tableau ci-après en fonction des zones climatiques définies dans l’arrêté du 24 mai 2006 La valeur du coefficient « b » est donnée dans le tableau ci-après en fonction de l’altitude du terrain d’assiette de la construction
Zones climatiques
Coefficient a
Altitude
Coefficient b
H1a, H1b 1.3 ≤ à 400m 0
H1c 1.2 > à 400 m ≤ à 800m 0.1
H2a 1.1 > 800m 0.2
H2b 1.0
H2c, H2d 0.9
H3 0.8

 

Nos conseillers à votre écoute :
01.42.63.15.77

img

userpro

Articles Liés

Choisir un bon professionnel pour vendre en viager

De plus en plus d’agents immobiliers pour se diversifier se lancent dans le viager. Mais ont-ils...

Lire Plus
par userpro

Les investisseurs mise sur le viager et la nue-propriété depuis quelque temps !

1) La baisse, lente mais inexorable, des taux d’intérêt offerts au particulier par le système...

Lire Plus
par userpro

Sécuriser une vente en viager : 11 données à fournir

Sécuriser une vente en viager : Comment éviter de faire casser la vente en viager au motif que...

Lire Plus
par userpro

Joindre La Discussion